Google, nouveau terrain de jeu

Publié le par Laurent Checola

Zoom

Que reste-t-il à conquérir pour Google ? En une décennie, le moteur de recherche a réussi à vampiriser la toile. Fort de sa base arrière, Google se décline, et annexe peu à peu tous les autres médias : de la carte du monde aux messageries, en passant par la littérature. Le cinéma ? Cela est pour bientôt. Le dernier grand défi du moteur est peut-être l'indexation de cet art mineur qu'est le jeu vidéo.


Depuis peu, Google, investi par des passionnés, sert de support et de plate forme à divers projets vidéoludiques. Googlemap a permis l'essor du « mash-up » , cette pratique consistant à ajouter des éléments descriptifs à une carte prédéfinie. Le mélange des contenus pourrait désormais laisser place au mélange des genres. Dépouillé de la gangue pratique et informative, des passionnés ont ajouté une dimension ludique aux cartes de Google. Et le planisphère se transforme en terrain de jeu de stratégie en ligne, digne héritier du jeu Risk. Qui se joue de qui ? Le créateur du jeu, qui détourne à ses fins le logiciel expansif ? Ou Google, qui bénéficie là d'une publicité gratuite ?


Une autre initiative, toute aussi ambiguë, quoiqu'ambitieuse, utilise Google Earth. Sur le modèle du laboratoire Mixed Reality, le jeu associe finement le réel et le virtuel, un mash-up de touché-coulé et de jeu d'aventure guidé au GPS. Pendant qu'un joueur place ses bateaux sur Google Earth, sur le terrain, son adversaire, muni d'un GPS, tente de retrouver le bateau et de le couler.

On craignait l'expansion sans frein de Google dans le domaine virtuel ; le logiciel investit jusqu'au réel.

Publié dans Modes

Commenter cet article