Nintendo un peu vieux jeu

Publié le par Laurent Checola

Trop souvent accusée d'infantilisme, la société Nintendo démontre qu'elle sait aussi attirer les faveurs des joueurs plus âgés

Analyse
Parmi les stands de prothèses auditives, ou de fauteuils pour personnes âgées, un promontoire détone. Nintendo, connu pour ses Pokémons et pour Super Mario, tient place au Congrès Life@50 +, en Californie. Organisé par une assiociation lobbyiste de quinquagénaires, l'AARP, le salon a accueilli plus de 20 000 personnes. La console – Nintendo en est persuadée - ce n'est pas que pour les enfants...


La firme japonaise, par un marketing habile, a su déjouer tous les préjugés de ses concurrents. Longtemps pensée – a tort – comme une simple console jouet, la Wii, qui sortira le 8 décembre en France, entend peu à peu cannibaliser toute la population vidéoludique. Certes, ce repositionnement stratégique résulte d'un constat à moyen terme. La Nintendo DS, véritable laboratoire, a permis de tester, à moindre échelle, le succès de programmes comme
Cérébrale Académie.


Nintendo a-t-il donc raison, de vouloir faire du neuf avec les anciens ? Les évolutions récentes du marché du jeu confirment en partie la stratégie de l'entreprise nippone. L'ère du plug-and-play balaie tout sur son passage, reléguant le marché informatique au rang de niche. Les seniors seront plus faciles à convertir avec un tel argument. Par ailleurs, en s'adressant ainsi aux personnes plus âgées, Nintendo mise sur une cible dont l'équipement vidéoludique est presque nul. La croissance de ce marché ne pourra donc être qu'exponentielle.


En réalité, la problématique de Nintendo dépasse le simple clivage des âges. D'importantes mutations du jeu vidéo sont à l'oeuvre : la prééminence du jeu d'aventures s'effrite peu à peu. Pour la simple raison que certains joueurs, qui aiment jouer, ne peuvent néanmoins plus s'investir dans une pratique aussi chronophage. Le jeu à vocation « pratique » apparaît ainsi comme une alternative novatrice, que la firme nippone ne manque pas d'exploiter.


Si la stratégie de Nintendo était payante, il faut néanmoins craindre une telle dérive du jeu. L'essence du plaisir ludique est-elle d'offrir à son public des jeux (ré)éducatifs ?

Publié dans Modes

Commenter cet article