EA en reconversion

Publié le par Laurent Checola

Analyse

Electronic Arts joue-t-il à Capitalism dans la vie réelle ? Hier, la firme décidait d'acquérir un entreprise spécialisée dans le... karaoké, Singshot. Une semaine plus tôt, EA n'a fait rien moins que se séparer de sa branche japonaise. Motif : depuis son existence, seulement un jeu, Theme Park DS a été adapté par la filiale nippone.


D'une manière quelque peu brutale, le groupe américain souhaite optimiser la rentabilité de ses biens. Mais le pragmatisme financier a des limites. Car il est vrai qu'avec 3, 5 milliards de dollars de chiffre d'affaire, une action cotée au NASDAQ au beau fixe à près de 50 dollars et un titre phare en tête des ventes depuis des semaines... une telle restructuration, aussi radicale qu'inattendue ne s'imposait guère...


D'après des analystes de Thomson Financial, lors du dernier semestre 2006, le groupe a engrangé 180 millions de dollars. En 2007, les ventes traditionnelles de jeu devraient d'ailleurs être remplacées par d'autres types de revenus, comme les micro-transactions dans les jeux en ligne, ou la publicité in-game. Ces revenus devraient dépasser les 100 millions de dollars.


Que révèle dès lors la nouvelle stratégie d'Electronic Arts ? Faut-il y voir les appétits carnassiers d'un groupe en pleine santé économique ?


Avec cette mesure, il appert d'abord que le Japon ne figure plus dans le triangle doré du jeu vidéo, comprenant aussi les Etats-Unis et l'Europe. La Chine mais aussi la Corée, où le plaisir ludique est institué au point d'être érigé en sport national, seront vraisemblablement les hôtes d'une nouvelle filiale.


De manière plus profonde, Electronic Arts est moins serein qu'il n'y paraît. Dans son rapport annuel adressé à la securities and exchange Commission (SEC), l'équivalent de l'autorité des marchés financiers, EA présente les risques (nombreux) inhérents à son domaine d'activité. Outre les refrains sur l'hyperconcurrence du marché, l'entreprise relève l'extrême dépendance aux supports. Electronic Arts a dû vendre l'équivalent de 41 millions de dollars en titres pour développer sur la Playstation 3, 29 millions pour la Wii...


Publié dans Modes

Commenter cet article