Anarchy in the Second life

Publié le par Laurent Checola

Dans le « deuxième monde », on ne joue plus

Analyse
Une lumière sourde et blanche. Il y a encore une seconde, les personnages conversaient, vagabondaient ou vaquaient simplement à leurs occupations. Par le souffle soudain de l’explosion, ils viennent d'être « vaporisés ».

S'agit-il, dans ce bas monde, d'un énième acte de barbarie ? Chronique de la violence ordinaire dont le spectateur n'est qu'un témoin coupable ? La déflagration n'a pas eu lieu dans le monde réel ; elle s'est produite dans le monde virtuel de Second life, devenu, par sa turpitude, le tableau éminemment représentatif de notre société.

Sur les terres d'un univers de moins en moins utopique, de plus en plus humain, trop humain, ces attentats se sont multipliés. Au point de commencer à déstabiliser les développeurs de Linden Labs. Les actes sont même revendiqués par un groupuscule auto-proclamé « Armée de libération de Second life » (ALSL). Premiers ludo-terroristes recensés, à quoi aspirent-ils vraiment ? D’anarchistes vidéoludiques, rétifs à toute forme d’autorité ? Pendants virtuels des activistes d'extrême gauche, telles, par exemple, les brigades rouges italiennes ? Sont-ils contre ou prônent-ils un autre système ?

De prime abord, le mouvement dispose d’une idéologie qu’il entend mettre en praxis. « Parce que Linden Labs fonctionne comme un gouvernement autoritaire, la seule réponse est la lutte », proclame l'ALSL sur son site. Il y a quelques temps encore, « la lutte » se résumait à tirer sur des avatars avec des pistolets, qui poussent violemment les victimes. Puis certaines boutiques, tel le magasin d'un célèbre équipementier, ont été détruites par des explosions. Le mouvement a gagné en violence ces derniers mois, et revendique « plus de 80 % » de sympathisants parmi les avatars de Second life.

Mais les thèses du groupe sont moins progressistes qu'elle n'y paraissent. L'ALSL veut intimer à Linden Labs d'entrer en bourse, pour que les dividendes soient reversés aux habitants de l'univers virtuel. Un partage des richesses, et non une abolition de la marchandisation du jeu. Ni « refuseniks » ni néo-luddites, l’ALSL grossit les rangs des réformistes, et non des révolutionnaires.

Volontiers dépeint par les médias comme un alter-monde idéal, littéralement u-topique, Second life est en réalité un monde en pleine globalisation, dont le processus est en marche depuis 2003. Sera-ce parce qu'entrepreneurs et autres publicistes ont souillé le sol de cet Eden vidéoludique ? Le jeu en ligne, à la différence du jeu en solo tend, par essence, vers une complexification des enjeux.

Des premiers pionniers aux quatre millions de touristes virtuels et de résidents, l'immigration, par définition non choisie, a transformé cette proto-société en macrocosme politico-économique. C'est ce corps social, nouvellement constitué, qui produit de nouveaux besoins, et des manques artificiels dont se plaignait déjà Rousseau. Le deuxième monde n’est ni bon ni mauvais, il est seulement entrain de croître.

Publié dans Modes

Commenter cet article

birousse biziou 16/03/2007 02:47

En entrant dans ce monde qu\\\'est SL j\\\'étais curieux, et petit à petit je me sis dit tiens un endroit où je peut enfin réaliser ma pataphisique et je me suis apercu que les autres avatars ne faisaient que comme moi, reproduirent la vie qui leur ressemblaient vraiment. On peut y trouvé de l\\\'ordre, du désordre, des murs, des FACADES, très peu de nez rouges, et quelque fois, un envol digne d\\\'un poete. Mais rien, de ce que un autre monde, pourrait, par le pouvoir de l\\\'imagination offrir de reflexion et d\\\'utopie que cet espace a le pouvoir de donner .Mais ne désespérons pas. Un jour viendra où fatigué les protagonistes de cette histoire pourrons à volonté, remplir des mondes infinis et offerts, avec des rêves qui n\\\'ont enfin rien avoir avec ce que le RL a nous  offrir, même si nous devons changer tout cela